Un portrait de Marie-Antoinette redécouvert

Muriel de Crayencour
26 novembre 2021

Le jeudi 25 novembre, la maison de vente Aguttes proposait aux enchères l'une des toutes dernières découvertes de Grégoire Lacroix, directeur du département Tableaux & Dessins Anciens, un portrait de Marie-Antoinette alors jeune dauphine de France par Joseph-Siffred Duplessis. L'étude et la vente de ce tableau prouvent, une fois encore, comment le marché de l'art peut enrichir l'histoire de l'art...

Après avoir disparu pendant plus de 100 ans, ce portrait redécouvert a plus que quadruplé son estimation haute. Quatre  enchérisseurs au téléphone ont bataillé jusqu'à 175 500 € (135 000 € marteau). L'État s'est manifesté, faisant valoir son droit de préemption. Ce portrait, destinée à la mère de la future souveraine, l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche, rejoint ainsi les collections du château de Versailles.

« En découvrant ce portrait appelé La Petite Marquise par la famille qui me l'a confié à la vente, j'ai tout de suite reconnu Marie-Antoinette, encore dauphine, et c'est avec une certaine émotion que je le vois rejoindre, aujourd'hui, les collections du château de Versailles », raconte Grégoire Lacroix, directeur du département Tableaux & Dessins Anciens.

Cette peinture représente l'épouse du futur Louis XVI alors âgée de 16 ans. De cette commande originale passée en 1771 à Joseph-Siffred Duplessis, peintre des rois et de la noblesse de France, subsistent aujourd'hui une esquisse conservée au Musée du château de Versailles, et une version achevée du portrait, dont la localisation actuelle demeure inconnue, depuis le début du XXe siècle, période à laquelle elle faisait partie des collections de la marquise de Ganay. Le portrait adjugé par Maître Aguttes, le 25 novembre 2021 à Neuilly-sur-Seine, est à relier directement à ce dernier exemplaire, auquel il ressemble en tout point, et apparaît comme une image exceptionnelle de la dauphine, image dont on ne connaissait jusqu'à aujourd'hui que la reproduction en noir et blanc.

Duplessis et son atelier travaillent à rendre, dans ce portrait d'une touchante simplicité, toute la douceur de la jeune fille représentée à l'âge de 16 ans, au moment de la première esquisse. Le teint vif, les joues délicatement colorées, la pleine lumière latérale mettent en valeur la douceur des traits qu'ils modèlent, et le visage apparaît d'autant plus remarquable que la toilette simple et l'absence de parure le magnifient.

https://www.aguttes.com/

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !