Répétitions

Muriel de Crayencour
19 mars 2015

C’est un accrochage de belle qualité que nous propose la galerie Keitelman. La répétition, tout à la fois comme processus de travail et comme sujet, fascine depuis longtemps les artistes. Qu'elle ait été approchée au travers des techniques d'impression (estampe, gravure, sérigraphie) ou qu'elle ait fait suite au désir des artistes de reproduire sans faille un même geste parfait (on pense aux artistes asiatiques pratiquant la calligraphie), on la retrouve d'une façon récurrente dans l'histoire de l'art.

Sur ce thème, on trouve bien évidemment le Suisse Claude Cortinovis, avec ses images créées à partir de minuscules tampons carrés appliqués patiemment et en un temps long sur le papier jusqu’à former une immense image. Mais aussi Lucile Bertrand, dont on avait pu voir le travail à la Maison des Arts de Schaerbeek. Ici, ce sont de multiples perles iridescentes qu’elle fixe avec des fils de nylon sur un fond noir dessinant de ce fait une sorte de galaxie.

Ou Mounir Fatmi, qui utilise des cassettes vidéos mises côte à côte comme support qu’il rehausse. Les deux trous de chaque cassette forment un motif de base rythmé, à la fois précis et intrigant.

De Barbara Kruger, sept photos de Marilyn, sérigraphie en sept teintes flashy, surmontées d’un mot barrant le visage de l’actrice : hate, good, help, envy,… Et bien sûr, en bonne place, On Kawara, avec I got up, 12 volumes entre 1969 et 1979. Présentés en une longue rangée, ils illustrent sans faille le thème du temps qui passe, infini par essence, si cher à l’artiste japonais. Où la répétition amène au thème de l’infinité. L’ensemble, d’une belle cohérence, est une occasion de voir ou revoir des pièces majeures d’artistes importants. Allez-y, on ne le répétera pas !

 

Endless
Groupshow
Keitelman Gallery
44 rue Van Eyck
1000 Bruxelles
Jusqu’au 28 mars
Du mardi au samedi de 12h à 18h

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.