Romina Remmo prend les dentelles à rebrousse-poil

Gilles Bechet
08 octobre 2020

La plasticienne montoise Romina Remmo revient à la Zedes Art Gallery pour une série d’œuvres qui tissent une dentelle de double sens entre trouble, humour et transgression.

C’est un trouble insidieux qui se glisse tout en douceur, jusqu’à ce qu’on glisse un doigt dans le col pour vérifier s’il n’est pas trop serré. L’artiste plasticienne hennuyère s’empare de totems du quotidien pour les dévoyer avec subtilité. Dans la délicate mélodie de sa dernière exposition, un accessoire revient comme un entêtant refrain, le col. Col de chemise bien sûr, mais aussi col du fémur ou col de pied. C’est un col tout simple, émancipé d’une chemise blanche. D’homme ou de femme, on ne sait pas, le doute est permis, encouragé même. Avec une touche de surréalisme, Romina Remmo crée des rencontres inattendues entre les univers, les formes et les matières. Des cols immaculés réalisés en paraffine enrichie de poudre de marbre sont croisés de dentelle, en fil noir ou fil de cuivre. L’humour n’est pas absent de ces associations quand elle orne un fémur ou une forme de cordonnier d’une collerette de dentelle. Le recours à la dentelle, technique traditionnellement féminine, joue sur deux tableaux, celui de la transmission par l’hommage à sa grand-mère et celui de la transgression des diktats de genre. Une vieille paire de ciseaux devient une arme à double tranchant quand elle glisse un triangle de dentelle entre ses deux lames ouvertes, allusion à peine voilée à la violence faite aux femmes. C’est le fracas d’une autre violence qui est détournée par une déroutante Ceinture où une guirlande de sabliers remplace les cartouches d’explosif. Pour mesurer ou arrêter le temps ? La tentation surréaliste qui se révèle en filigrane de nombreuses pièces s’affirme dans l’intrigante Plonger dans ses pensées où une demi-sphère crânienne flotte sur une flaque miroir dans un jeu de méditation réflective. Jonglant avec les techniques et les médiums, Romina Remmo propose également une série de cyanotypes où cols et dentelles sont posés sur du papier sensible comme une collection entomologique. Elle passe aussi à la photo pour un autoportrait escamoté derrière un vitrage au motif de dentelle. Une silhouette qui se dérobe à nos regards pour mieux nous les renvoyer.

More... or Lace, Romina Remmo
Galerie Zedes
36 rue Paul Lauters
1050 Bruxelles
Jusqu’au 24 octobre
Du mercredi au vendredi de 12h à 18h, samedi de 14h à 18h
https://www.zedes-art-gallery.be/

Gilles Bechet

Journaliste

Il n’imagine pas un monde sans art. Comment sinon refléter et traduire la beauté, la douceur, la sauvagerie et l’absurdité des mondes d’hier et d’aujourd’hui ? Écrire sur l’art est pour lui un plaisir autant qu’une nécessité. Journaliste indépendant, passionné et curieux de toutes les métamorphoses artistiques, il collabore également à Bruzz, Bazar Magazin et C!RQ en Capitale.