Samedi 20 février, on fait culture !

18 février 2021

Le 11 février, le mouvement citoyen Still Standing For Culture a lancé publiquement ​un appel à organiser des actions culturelles ce samedi 20 février, partout où la société continue de tourner, partout où nous le pouvons malgré les importantes restrictions de libertés.

Au bout d’une semaine, le site internet ​www.stillstandingforculture.be recense déjà près de 200 actions s’organisant dans une cinquantaine de localités du pays ! Un foisonnement d’actions spontanées ou programmées, collectives ou individuelles, exprimant la diversité des pratiques du champ culturel.

Ce samedi 20 février, Journée mondiale de la Justice sociale, des centaines d'actions auront lieu à travers toute la Belgique pour ramener la question culturelle au centre des préoccupations. Mais aussi pour recommencer à "faire culture", raconter d'autres récits sur la crise que nous traversons, et interroger les choix de société sans attendre un hypothétique "printemps culturel".

➔ Un message : nous ne voulons plus de confinements ciblés arbitrairement sur certains secteurs, il faut répartir équitablement le poids des efforts sur l’ensemble de la société.

Au fil des vagues de Covid-19, nous nous trouvons dans une situation de long terme qui nécessite de sortir d’une logique d’urgence et d’exception. La crise n’est plus seulement sanitaire, elle est sociale, économique, démocratique, culturelle...

Bien sûr que la précarité gagne et qu’il faut soutenir les travailleuses et travailleurs des arts et de la culture. Bien sûr que les lieux culturels doivent rouvrir. Mais au-delà de ça, c’est la logique consistant à fermer “des vannes” pour permettre à d'autres de rester ouvertes à plein débit, qui doit cesser.

Nous sommes solidaires avec toutes les personnes et tous les secteurs frappés par l’épidémie ou par sa gestion. Nous ne voulons pas d’une société qui oppose les secteurs entre eux. Nous revendiquons une approche de l’épidémie qui se soucie des risques sociaux, psychosociaux et économiques, de la santé mentale, des droits et des libertés. 

➔ Un mode opératoire : agir avec ingéniosité dans les limites étroites, les interstices et les zones d'ombre des règles actuelles. Démontrer ainsi leur iniquité, leur incohérence et parfois leur absurdité.

Ce vendredi, des communiqués reprendront les événements pas région.

À titre d'exemples :

  • ●  Muziekpublique, le Cinéma Nova, le Cercle du Laveu et le Centre culturel de Dinant annoncent leur reconversion en musées ; tandis que le Théâtre de la Balsamine, le Théâtre des Martyrs, l'Abbaye de Floreffe et La Roseraie deviendront des parcs artistico-zoologiques ; et que Kanal Centre Pompidou exposera sa collection la plus précieuse : des artistes ayant dû se transformer, se réinventer ou simplement s’oublier pour s’adapter.

  • ●  Chorale sans choristes, concert de plantes, concert pour vaches, concerts suspendus, à vélo, en voiture, et même dans un cimetière puisque la musique semble bannie des églises par le gouvernement...

  • ●  Affichage sur des façades ; émissions radio ; i​nterventions aux balcons, dans des vitrines de bars fermés, dans des magasins ou des musées.

  • ●  Exercices physiques dansés, itinéraires de balades à parcourir en “bulles”, déambulations poétiques, installations éphémères, boîtes à films, performances furtives dans l’espace public que les spectateurs croiseront ​au hasard d’un coin d'une rue...

  • ●  Si le public ne pourra pas assister en nombre à ces actions, il sera toutefois de la partie, exprimant son besoin de culture via des témoignages écrits ou filmés, via l’organisation de files de paires de chaussures ou encore de files d’attente devant des lieux culturels fermés.

  • ●  Des manifestations avec prises de paroles (limitées à 100 personnes) auront lieu à Ixelles, Liège, Louvain-la-Neuve, Namur...