Tinka Pittoors, femme puissante

Muriel de Crayencour
19 septembre 2019

Daphné est une nymphe d'une grande beauté. Le dieu Apollon et elle furent touchés par les flèches de Cupidon. Dès lors, Apollon veut Daphné et la pourchasse contre son gré jusqu'à l'épuisement. Pour lui échapper, Daphné se métamorphose en laurier, déjouant Apollon. C'est ce moment de la transformation qui inspire le titre Daphné and me à l'artiste Tinka Pittoors qui expose actuellement à la Galerie La Forest Divonne.

Tinka Pittoors (1977, Brasschaat) montre son travail depuis de nombreuses années, entre autres au Triangle bleu à Stavelot. Pour la première à la Forest Divonne, elle a scénographié son expo en renversant les cloisons mobiles pour en faire de larges socles sur lesquels elle a posé ses sculptures. Cela fleurit, bourgeonne dans tous les sens et c'est très vivifiant.

Résine époxy, plastique, pigments, vernis... Pittoors manie de nombreux matériaux pour créer des formes complexes, florissantes, sauvages. Elle utilise des objets de sa vie courante : des chaussures, des bottes, et les intègre dans la sculpture. D'un escarpin jaillit un réseau de branches torsadées, qui montent vers le ciel. C'est un foisonnement organique, une multiplication. En s'inspirant de Daphné qui se transforme pour échapper à un homme qui la veut, elle nous parle de la puissance du féminin qui toujours se transforme, de l'âge tendre à la maturité. Nous ne sommes pas dans le corps, dans la chair, mais dans l'énergie, le flux. Les arbres de vie - comme on pourrait les appeler - de Tinka Pittoors parlent à la fois de l'enracinement dans le réel et de la capacité à se multiplier, muter, se réinventer, bourgeonner, s'élever. Daphné, c'est toutes les femmes qui acceptent leur puissance. 

Ici Rainbowbrain, un réseau dense et circulaire, garni de petites boules multicolores, bien planté sur une paire de bottes. Là, sur des bottes à franges, Daphné Poiiing, une structure grillagée monte vers le ciel. Feuilles et structures en ressort y poussent. Cela bourgeonne. Un peu violemment, mais ça pousse, ça grandit. Réseaux organiques, renoncement au contrôle, poussées de vie... les formes créées par Pinttoors sont aussi pleines d'humour, de gaieté, de folie et de sauvagerie. Une belle exposition !

Tinka Pittoors
Daphné and me
Galerie La Forest Divonne
66 rue Hôtel des Monnaies
1060 Bruxelles
Jusqu'au 19 octobre
Du mardi au samedi de 11h à 19h
www.galerielaforestdivonne.com

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.