Toute une semaine sur le papier !

Muriel de Crayencour
22 octobre 2019

Art on Paper, précédemment organisé en septembre en même temps que le Brussels Gallery Weekend, a déplacé ses dates à fin octobre et s'ouvre ce jeudi. A l'occasion des cinq ans de cet événement à Bozar (cette foire dédiée au dessin contemporain a eu une précédente vie au White Hotel, avenue Louise), il s'adjoint la Brussels Drawing Week, toute une semaine dédiée au dessin contemporain, qui se déploie dans près de vingt institutions ou centres d'art bruxellois. L'objectif est de faire de cette semaine un nouveau rendez-vous qui rythme l'agenda culturel de la ville.

"Notre objectif est de célébrer durant une semaine le dessin contemporain sur papier, explique Gilles Parmentier, qui a repris les rênes de l'organisation de la foire. Durant six jours, nous aurons une série d'événements spécifiques et une programmation plurielle, dense et variée. Nous avons été agréablement surpris car tous les lieux - institutions, centres d'art, écoles - que nous avons contactés ont accepté de jouer le jeu. Certains ont monté une exposition spécifique pour la Brussels Drawing Week."

Art on Paper à Bozar

La scénographie, plutôt tarabiscotée l'année passée, a été revue. Cette année, on trouvera 36 galeries et deux project spaces. Ces exposants ont été sélectionnés par un comité international composé de Kate Macfarlane (Drawing Room, Londres), Sophie Lauwers (Bozar), Denis De Rudder (La Cambre) ainsi que Reyn van der Lugt et Florence et Daniel Guerlain (collectionneurs, Rotterdam et Paris).

Chez les Belges, notons Baronian Xippas, Nathalie Obadia avec Joris Van de Moortel, Nadja Vilenne avec Jacqueline Mesmaeker, Irène Laub et les dessins de Pedro A.H. Paixao, Félix Frachon avec les dessins de l'Indien Shine Shivan, la Galerie Dys avec Tudy Deligne, Spazio Nobile avec Bela Silva... 18 galeries belges et autant de galeries étrangères.

Le Sofam Prize sera remis le soir du vernissage. La Sofam propose également une exposition des artistes primés les précédentes éditions. L'Eeckman Art Prize 2019 a été remis en juin à Timo van Grinsven, qui expose son travail dans un espace dédié.

La Brussels Drawing Week

Vingt institutions, centres d'art ou écoles ont répondu à l'appel et proposent une exposition, une rencontre, une lecture...  Notez l'exposition Territoires, organisée par La Cambre, qui célèbre les quarante ans d’existence de son atelier de dessin avec une exposition d’œuvres de cinq artistes issus du cursus associé - Jérôme Bonvalot, Anne Marie FinnéClara Marciano, Nicolay Konstantinov Nikolov et Emmanuel Tête - réunies autour d’un grand pastel de Pierre Lahaut, fondateur de l’atelier. 

A la Fondation Thalie, Habiter l'intime présente plus de 80 artistes, parmi lesquels Francis Alÿs, Joël Andrianomearisoa, Art & Language, Louise Bourgeois, Bénédicte Henderick, Ulla von Brandenburg, Isabelle Cornaro, Hans Op de Beeck, Wim Delvoye, Mark Dion, Lionel Estève, Paul-Armand Gette, Mona Hatoum, Camille Henrot, Fabrice Hybert, Pierre Le-Tan, Karine Rougier, George Segal, Jim Shaw, Agnès Thurnauer, Franz West... toutes œuvres sur papier issues de collections privées bruxelloises. Ces collectionneurs ont accepté de sortir leurs œuvres sur papier. Chacun a fait une liste, redécouvert des trésors cachés. Ils ont tous confrontés leurs regards, créé des associations, des passerelles. L'exposition, conçue par Nathalie Guiot avec la complicité d'Anne Pontégnie, est construite comme un cabinet de curiosités graphiques éphémères, d'une grande générosité.

Pointons encore Drawing by Numbers, organisée par l'ArBA-EsA, montrant les dessins d'étudiants et anciens étudiants. La Fondation Moonens, TRE (traits), commissionnée par Laurent De Meyer, présente Mélanie Berger, Vincent Chenut et João Freitas, trois artistes qui explorent l'abstraction sur papier. 

Une programmation riche qui fait saliver les fous d'œuvres sur papier, dont nous sommes !

Art on Paper
Du 25 au 27 octobre
https://www.artonpaper.be

 

Brussels Drawing Week
Du 22 au 27 octobre
https://www.drawingweek.brussels

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.