Valérie Lenders, chansons douces

Muriel de Crayencour
12 octobre 2017

Nous avions découvert Valérie Lenders au Salon d'Art en 2012 ainsi que cette année-ci, en mars, à la MM Gallery. Marc Minjauw a décidé de lui offrir une deuxième fois les cimaises de sa galerie en 2017.

Aujourd'hui, Valérie Lenders présente une belle série de grands formats sur lesquels son trait musical et son lyrisme prennent tout leur sens. Sur la toile, couleurs, formes et fils cousus font bon ménage. Le fil cousu à la machine fait partie depuis toujours du travail de l'artiste. On l'a vu parcourir, virevoltant, ses petites œuvres sur papier, traçant une écriture fine et délicate qui complète la peinture.

Sur de larges aplats d'arrière-plan, le pinceau se promène et crée des bulbes, des cellules, formes rondes et fermées, organiques. Ils et elles se regroupent, forment des ensembles, grappes de cellules, œufs féconds promis à tous les futurs. Avec une palette de tons salis, recherchés, vert émeraude, rouge un peu orangé, bleu tirant vers le ciel d'orage... des réseaux se créent. Avec toujours cette forme première, répétée, un globule presque rond, aux bords mouvants.

On sait que la musique est importante pour l'artiste, elle qui remplit des carnets de concert de dessins réalisés lors de concerts de jazz. Sans doute la main s'y exerce-t-elle au mouvement souple et enlevé, au bouillonnement et au rythme, aux sauts et sursauts de cette musique pleine de surprises. Pointons encore les œuvres sur papier, compositions au crayon et pastel gras.

Valérie Lenders est née en 1965. Elle a étudié la peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, le graphisme à La Cambre et le stylisme à Bischoffsheim.

 

Valérie Lenders
MM Gallery
68 place du Jeu de Balle
1000 Bruxelles

Jusqu’au 29 octobre

Du jeudi au dimanche de 11h à 17h
www.mmgallery.be

 

Muriel de Crayencour

Rédactrice en chef

Voir et regarder l’art. Puis transformer en mots cette expérience première, qui est comme une respiration. « L’écriture permet de transmuter ce que l’œil a vu. Ce processus me fascine. » Philosophe et sculptrice de formation, elle a été journaliste entre autres pour L’Echo, Marianne Belgique et M Belgique. Elle revendique de pouvoir écrire dans un style à la fois accessible et subjectif. La critique est permise ! Elle écrit sur l’art, la politique culturelle, l’évolution des musées et sur la manière de montrer l’art. Elle est aussi artiste. Elle a fondé le magazine Mu in the City en 2014.