L’étrange carnaval de Yasemin Senel

Dounia Dolbec
24 février 2022

Jusqu’au 3 avril, la Galerie DYS accueille l’exposition individuelle Carnaval de l’artiste Yasemin Senel qui rassemble des œuvres créées depuis 2019. Née en Turquie et formée à l’Académie de Liège, Yasemin Senel vit et travaille désormais à Bruxelles.

Une profusion de couleurs, de personnages, d’éléments naturels, de symboles, d’animaux : les peintures et dessins de Yasemin Senel sont de véritables invitations au voyage, au rêve, au conte. Le fantastique et le merveilleux côtoient le cauchemardesque et le dramatique, dans une ode à toutes les dimensions la vie, dans ce qu’elle a de plus léger et de plus sombre. Les couleurs vives, les figures récurrentes de fleurs, de squelettes, la dentelle et les masques évoquent l’esthétique et l’univers de la fête de la mort mexicaine.

Les toiles de différentes dimensions sont travaillées au marqueur acrylique et à la peinture qui tracent une multitude de signes et de symboles. Sont ainsi représentées la liberté à travers l’image de l’oiseau, la fécondité dans celle du sein nourricier, la surveillance et la conscience avec les yeux que l’on retrouve sur plusieurs toiles…

La spiritualité, la mythologie ou encore le chamanisme irriguent le travail de Yasemin Senel et expliquent la présence de nombreux animaux - oiseau, cheval, tigre, libellule, singe ou hibou - ainsi que des éléments du feu, de la terre, de l’eau et de l’air. Une grande liberté d’interprétation et d’imagination est laissée au visiteur qui a la possibilité d’inventer une infinité d’histoires peuplées d’âmes, de dinosaures, de chevaliers et de monstres.

Si l’artiste puise son inspiration dans la culture du Moyen-Orient et notamment dans les épopées de Gilgamesh, ses références sont aussi issues de la mémoire, de l’enfance, des héritages multiples dont nous sommes nourris sans toujours en être conscients. L’individualité et la communauté se retrouvent alors dans des compositions complexes qui font sens dans leur globalité tout en étant constituées de nombreux détails indépendants les uns des autres, tels un arc-en-ciel, une chaussure, un cœur…

Pour concevoir ses peintures, Yasemin Senel ne définit pas à l’avance la composition finale mais travaille avec l’improvisation afin de construire sur le moment des relations et des significations en fonction des différents éléments qui apparaissent sur la toile. Cet exercice d’écriture très précis et exigeant, presque mathématique, produit un résultat équilibré avec plusieurs profondeurs de matière et différentes couches de lecture. La même attention a été portée dans l’accrochage de l’exposition décidé par l’artiste qui propose une structure proportionnée et harmonieuse entre les différents tableaux, aussi bien dans leurs dimensions que dans leurs contenus.

De cette pondération entre la rigueur et la surprise naît une œuvre puissante et dynamique dont l’énergie se diffuse au-delà du cadre de la toile, tel un jaillissement de couleurs et d’images mouvantes presque sonores tant elles sont puissantes dans leur pleine évocation de la beauté et de la violence de la vie.

Carnaval Yasemin Senel
Galerie DYS
84 rue de l'Arbre Bénit
1050 Bruxelles
Jusqu'au 3 avril
Du jeudi au vendredi de 11h à 18h
Samedi et dimanche de 14h à 18h
http://www.galeriedys.com

 

Dounia Dolbec

Journaliste

Newsletter
S'inscrire

Pour rester au courant de notre actualité,
inscrivez-vous à notre newsletter !

Soutenir mu in the city
Faire un don

Faites un don pour soutenir notre magazine !